Que faire quand mon enfant est en échec scolaire ?

Un enfant est curieux de base. Il aime découvrir, chercher, expérimenter

Par ailleurs, il est possible qu’à l’école, il rechigne à apprendre, c’est qu’au fond de lui, il ne comprend pas le sens de ce qu’on lui demande ou que l’on n’a pas été assez attentif à ses spécificités. Certains enfants sont plus visuels, kinestésiques, d’autres auditifs, et la pédagogie d’apprentissage ne lui correspond pas toujours. C’est pourquoi certaines écoles (Steiner, Montessori et d’autres) utilisent d’autres méthodes pédagogiques.

L’enfant perçoit l’apprentissage comme un jeu, si l’adulte l’oublie, il passe à côté de l’essentiel.

Le jeune enfant désire avant tout expérimenter, vivre l’apprentissage comme une chasse au trésor et non comme une contrainte et un objectif de note.

Comment faire face à l'échec scolaire de son enfant ?

Une éducation trop souvent basée sur l’humiliation et la honte.

Autrefois, les élèves devaient se surpasser car ils étaient classés en fonction de leurs résultats, ils étaient soit mis à l’honneur soit traités de paresseux ou mettaient un bonnet d’âne et mis au fond de la classe. Les instituteurs n’hésitaient pas à les frapper ou à les humilier devant toute la classe. Devenus adultes, ils en gardent encore des traces traumatiques et ont peur de l’échec ou ressentent des blocages lorsqu’ils doivent démontrer leurs compétences.

Exemple d’éducation dans les pays asiatiques.

En Asie, les élèves sont sur-sollicités pour avoir les meilleurs résultats et aller dans les meilleures écoles. Ceux qui sont moins bons sont exclus. En France dans certaines écoles privées, il existe aussi ce type de pédagogie basée sur la compétition et l’élitisme.

Des conséquences dramatiques :

Burn-out, tentatives de suicides… mise en échec, découragement, estime de soi affaiblie, perte de confiance en soi, blocage, peur de ne pas à la hauteur, peur de décevoir, auto-sabotage…

Comment se poser les bonnes questions face à un enfant en situation de difficulté scolaire ?

Quelles sont les origines de son échec ? Est-il un bouc émissaire ? Se moque t-on de lui ? Vit-il un harcèlement scolaire ?

  • De quoi a t-il peur ?
  • Quelles sont les origines de sa colère, de ses pleurs ?
  • De ses capacités physiques : voit-il bien ? Entend-il bien ?
  • Sur le niveau d’exigences qu’il reçoit de ses parents, de ses professeurs…
  • Est-il comparé à sa fratrie ?
  • Sur ses spécificités émotionnelles : est-il un hypersensible ? un HPE ? ces enfants ont une autre façon de penser et de traiter les apprentissages. Ils se perdent souvent dans les détails, ils veulent prendre tout en considération, ils se posent mille questions…
  • Sur ces spécificités intellectuelles : que préfère t-il apprendre ? Qu’est-ce qui nourrit son intellect ?
  • Sur ses spécificités motrices : est-il maladroit ? Se sent-il en difficulté dans la cohérence de ses gestes…
  • Sur ses compétences naturelles : dons artistiques, dans le dessin, musique, gym…)

Savoir analyser sans juger son enfant !

Les parents dressent une liste et l’analyse sans juger leur enfant. Ils vont le motiver en considérant tous les points cités, l’écouter et en parler avec lui. La motivation c’est son moteur. Il doit prendre plaisir, non pas à faire plaisir aux autres mais se faire plaisir dans son apprentissage.

Bienveillance, accompagnement et encouragement de son enfant en échec scolaire

Les cris, l’énervement, les punitions, les paroles blessantes voire humiliantes renforcent chez lui la contrainte et le découragement, le sentiment d’impuissance. Il ne cherchera plus à comprendre et se mettra tout doucement en auto-sabotage en étant convaincu qu’il est nul.
Un environnement avec des cadres respectueux, dans le calme et la bienveillance renforce chez l’enfant son désir d’apprendre et de persévérer. Cela renforce sa créativité et sa recherche d’apprendre à sa façon à lui.

En conclusion, un enfant apprend avec plaisir lorsqu’il se sait respecter dans ses compétences et dans ses spécificités. Les notes ne sont pas l’essentielles, elles servent de thermomètres pour savoir si l’enfant a besoin d’aide la mieux appropriée à son individualité. Les enfants ne pas là pour rassurer les parents, ceux-ci les aident seulement à les mettre sur le chemin de la Vie… après c’est avec leur créativité qu’ils dessineront leur destinée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

felis suscipit ipsum dolor. Sed Nullam sit dictum ante. ipsum